Dépêches

Affaire Jean Léopold Dominique / Jean-Claude Louissaint

Haïti-Justice : Des milliers de partisans lavalas bravent l’interdiction de la police

après l’audition d’Aristide
mercredi 8 mai 2013

P-au-P, 08 mai 2013 [AlterPresse] --- Policiers nationaux les bras croisés, bouchons considérables dans la circulation automobile, drapeaux, branches d’arbres et photos à l’effigie de Jean-Bertrand Aristide exhibées : c’est, un peu, l’atmosphère autour du parquet du tribunal civil de Port-au-Prince, tout de suite après l’audition de l’ancien président Jean-Bertarnd Aristide, constate AlterPresse.

Une pluie fine a commencé à se pointer, mais cela ne semble pas suffire pour décourager les milliers de personnes venues apporter leur soutien à Aristide.

La police, qui a interdit toute manifestation publique, en violation des libertés publiques garanties par la Constitution, se garde, pour l’instant, d’intervenir, observent les journalistes.

« Nous n’avons pas peur ! Et nous n’aurons jamais peur ! », scande la foule, en mode défiance.

On entend aussi : « C’est qui le taureau ? C’est Aristide, le taureau », un chant de manifestation adapté pour la circonstance.

La masse imposante de partisans a pris la direction du Champ de Mars, principale place publique de la capitale Port-au-Prince, à proximité des ruines du palais présidentiel.

Aristide a été entendu par le juge d’instruction en charge du dossier du double assassinat du journaliste et propriétaire de Radio Haïti Inter, Jean Léopold Dominique, et du gardien de cette station, Jean-Claude Louissant.

Au sortir de l’audition, à la mi-journée de ce mercredi 08 mai 2013, il n’a fait aucune déclaration à la presse.

Aristide s’est contenté de saluer la foule, depuis son véhicule, provoquant quasiment de l’hystérie.

De retour dans le pays, depuis le 18 mars 2011, après 7 ans en exil en Afrique du Sud (il avait démissionné le 29 février 2004 à la suite d’un soulèvement populaire et armé), Jean-Bertrand Aristide affiche une rare discrétion.

Les nouvelles persistantes de la participation de son parti politique, Fanmi Lavalas, aux prochaines élections législatives partielles et locales, font croire cependant à un possible retour sur la scène publique de cette figure politique emblématique, qui reste parmi les plus marquantes des deux dernières décennies de l’histoire d’Haïti. [efd kft rc apr 8/05/2013 12:25]