HaitiWebdo

HaitiWebdo, semaine du dimanche 28 avril au samedi 4 mai 2013

Haïti-Conjoncture : Les prochaines législatives et locales auront-elles lieu en 2013 ?


lundi 6 mai 2013

P-au-P, 06 mai 2013 [AlterPresse] --- Aucune date n’est encore envisagée pour l’organisation des prochaines élections sénatoriales partielles et celles de 140 conseillers communaux, selon l’actuel président du Collège transitoire du conseil électoral permanent (Ctcep), Emmanuel Ménard.

Mais, une précision de l’ambassadrice étasunienne à Port-au-Prince, Pamela Ann White, dans un entretien accordé à la radio la Voix de l’Amérique (VOA) a servi à bien de médias haïtiens pour annoncer ouvertement les prochains scrutins en 2014.

Au cours d’une conférence de presse, tenue le jeudi 2 mai 2013, Jean-Marie Vianney Emmanuel Ménard a annoncé la constitution d’une commission chargée de travailler sur la nouvelle loi électorale.

Cette équipe, formée de 6 personnes, devra également se pencher sur le budget électoral.

Une autre perspective est d’organiser un scrutin électronique et, du même coup, de permettre aux citoyennes et citoyens haïtiens - qui ont leurs cartes d’identification nationale, mais qui sont à l’étranger - de pouvoir voter à partir des ambassades haïtiennes.

Une démarche, à plusieurs volets, qui prendrait du temps et qui empêcherait de fixer, pour l’instant, la date de ces élections.

Les États-Unis interviennent et c’est la confusion …

Si les « responsables arrivent à publier la loi électorale, en juin, il restera un temps raisonnable pour le déroulement des scrutins à la fin de 2013 (…) », a déclaré l’ambassadrice étasunienne en Haïti, Pamela White, dans une entrevue accordée, à la fin du mois d’avril 2013, à Jean-Robert Philippe, envoyé spécial de la Voix de l’Amérique en Haïti.

C’est, du moins, ce qu’on peut lire en Créole sur le site de la station.

« Mais elle n’a pas écarté, non plus, la possibilité que celles-ci se tiennent en 2014 », a précisé le journaliste, rapportant les propos de Pamela White.

Ces informations, diffusées en tout début de semaine, sont essentiellement reprises par certains médias haïtiens de la manière suivante : « Pamela Ann White préconise le report des élections sénatoriales et locales pour 2014 ».

Dans une note, en date du 3 mai 2013, l’ambassade des États-Unis en Haïti déplore la « confusion », dit-elle, créée autour de la date de la tenue des élections à partir de l’entretien avec la VOA.

« Madame Pamela White regrette toute confusion, provoquée par son interview accordée à la voix de l’Amérique (…) l’ambassadrice n’a jamais suggéré aucun changement de calendrier dans ces élections », souligne le document.

Ce même vendredi 3 mai, Pamela Ann White a rencontré les membres du conseil électoral pour les « féliciter » - car elle n’avait pas physiquement assisté à leur installation le 19 avril dernier - et pour leur « apporter l’appui financier et technique » de son pays.

Et Martelly s’envole pour le Venezuela

Le président Joseph Michel Martelly s’est rendu au Venezuela, le vendredi 3 mai 2013, pour une visite de 72 heures, dans le cadre du septième sommet PetroCaribe.

Ce sommet est particulièrement le contexte pour faire le point sur le « déroulement du programme PétroCaribe » avec tous les pays de la région, recevant du pétrole à un meilleur taux d’intérêt et à crédit de la République bolivarienne du Venezuela.

En Haïti, des élus et des avocats accusent le chef de l’État d’utiliser, de manière non justificative et incorrecte, les fonds de PétroCaribe.

Il est reproché également à l’administration Martelly de faire usage de ce fonds pour des investissements qui ne sont pas bénéfiques au pays.

Dans un tweet, Martelly avance que « ce sommet est l’occasion pour Haïti de renouveler son engagement dans le cadre de cet accord ».

L’une des grandes craintes des politiques et de certains citoyens haïtiens, c’est que cette dette ne soit trop lourde à payer pour les futurs fils et les futures filles de la nation dans les 20 prochaines années, alors que les investissements, faits à partir ce fonds, n’auraient rien apporté de durable au pays.

La Corée du Sud offre 50 autobus d’une valeur de 2 millions de dollars américains

Un protocole d’accord, d’une valeur de 2 millions de dollars américains (US $ 1.00 = 44.00 gourdes ; 1 euro = 60.0à gourdes aujourd’hui) a été paraphé, le 3 mai 2013, entre le ministère haïtien de l’économie et des finances (Mef), dirigé par Wilson Laleau, et l’ambassadeur de la Corée du Sud en Haïti, Park Dong-Sil.

Ces millions devront permettre de faire l’acquisition de 50 autobus pour consolider la flotte (existante depuis 1995) de transport d’écolières et d’écoliers sur le territoire national.

Les chiffres démentent les croyances

Ils sont seulement 638,145 Haïtiens ou ressortissants haïtiens en République Dominicaine, et non 1,2 milliard, contrairement aux assertions des ultra-nationalistes dominicains.

Ils représentent 5.4% de l’ensemble de la population dominicaine.

Ces informations sont issues d’un recensement, conduit récemment par l’office national (dominicain) des statistiques (One).

Parmi les autres informations, publiées dans le rapport de recensement, les familles haïtiennes en République dominicaine ont moins de personnes et, de fait, sont mieux structurées que celles des citoyens dominicains.

Le premier ministre haïtien dans les bras d’une top modèle tchèque

Laurent Salvador Lamothe l’a confié au magazine Ticket, du quotidien le Nouvelliste : il est en couple avec la top modèle Petra Nemcova.

En juin 2012, la top modèle a été nommée ambassadrice de bonne volonté pour Haïti. Elle a été alors reçue, au Palais national, par le président Michel Martelly, en compagnie du premier ministre. [srh kft apr 06/05/2013 12:35]