A travers Haiti

Haïti-Commerce frontalier : Au moins 3 blessés à Fonds Parisien suite à une intervention policière


vendredi 19 avril 2013

Correspondance Ethzard Cassagnol

Fonds Parisien, 19 avril 2013 [Alter Presse] --- Au moins trois (3) personnes ont été blessées, en milieu de journée du jeudi 18 avril 2013, à Fonds Parisien (section communale de Ganthier, sur la frontière avec la République Dominicaine à 50 kilomètres à l’est de Port-au-Prince ), suite à une altercation entre un habitant de la zone, Kerry ainsi connu, et un policier national dans la localité de Malpasse, apprend AlterPresse.

Les partisans de Kerry se seraient révoltés contre ce policier national qui aurait malmené l’habitant.

Les manifestants ont réagi à coups de pierres, en signe de protestation.

En provenance de Malpasse, des policiers de l’unité départementale de maintien d’ordre (Udmo) sont intervenus pour essayer de calmer la situation. Ils ont alors lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

Plusieurs personnes se sont retrouvées grièvement blessées, dont certaines ont été atteintes de projectiles, selon les témoignages recueillis par AlterPresse auprès de plusieurs habitants.

Un habitant de Gros Cheval (Fonds-Verrettes), connu sous le nom d’Yvon, a été touché d’une balle au dos. Il a été transporté d’urgence à un hôpital en territoire dominicain voisin.

La plupart des victimes ont été transportées dans des hôpitaux situés dans la zone, à Port-au-Prince et en République Dominicaine, témoigne un habitant de Fonds Parisien.

La route de Fonds Parisien, reliant Fonds-Verrettes (Ouest) et Thiotte (Sud-Est) demeure bloquée jusqu’à présent.

Des pierres, des tessons de bouteilles et de vieilles carcasses de voitures jonchaient, ce vendredi 19 avril 2013, l’intersection de la route menant à Malpasse, sur la frontière avec la République Dominicaine, et de celle en direction de Fonds-Verrettes et de Thiotte.

Lors des affrontements du jeudi 18 avril 2013, des pneus usagés enflammés ont été utilisés comme barricades.

Les habitants protestataires souhaitent que justice soit rendue à toutes les victimes innocentes de cette opération violente conduite par la police nationale.

Certains se déclarent disposés à maintenir la route bloquée jusqu’à la satisfaction de leurs revendications, autrement dit des actions judiciaires institutionnelles contre les auteurs des violences du 18 avril 2013.

Il y a un an, le 18 avril 2012, le commerçant haïtien Octanol Dérissaint a été assassiné à Fonds Parisien.

Des soupçons d’implication dans cet assassinat avaient pesé fortement sur l’ancien conseiller du président de la république à l’époque, Mercidieu Valentin Calixte. [ec emb rc apr 19/04/2013 17:10]