Dépêches

Haïti-Pnh/Justice : La famille d’un adolescent présumé victime de viol refuserait de négocier

Le certificat médical, toujours pas obtenu
vendredi 15 février 2013

P-au-P, 15 févr. 2013 [AlterPresse] --- Les parents d’un adolescent de 15 ans aux Cayes (Sud), victime d’un viol qui aurait été perpétré par le policier national Serge Carlo Gilles, auraient refusé le traitement à l’amiable, proposé par la famille de l’accusé, le 14 février 2013, au bureau du Groupe d’appui au développement du Sud (Gades), selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

« Les parents de la victime sont fermes là-dessus. Ils réclament justice et réparation. Et nous allons les accompagner jusqu’au bout pour éviter la négociation. C’est important pour empêcher que le bourreau ne recommence pas », informe Mislie Guervil, responsable des programmes à Gades.

Gades et le réseau du Sud de défense des droits humains (Rsddh) sont deux organisations, basées aux Cayes (troisième ville d’Haïti), qui accompagnent la présumée victime.

Le problème du certificat médical

Le même jour du viol dénoncé, le dimanche 10 février 2013, l’adolescent a été emmené à l’hôpital Immaculée Conception des Cayes en vue de l’obtention d’un certificat médical.

Le Gades et la brigade (départementale) de la protection des mineurs (Bpm) ont accompagné le jeune garçon de 15 ans.

« Nous n’avons pas pu obtenir le certificat, vu que celui qui a ausculté le garçon est un médecin stagiaire [un étudiant finissant en médecine]. Toutefois, il a fait constater par Jean Robert Saint-Louis, responsable de la Bpm des Cayes, le sperme encore présent dans l’anus du garçon », explique Guervil.

Le jeudi 14 février 2013, une autre consultation médicale a été faite à un hôpital privé des Cayes. Encore une fois, les médecins s’obstineraient à ne pas délivrer le document.

Dans une note publique, le Gades dit « craindre que le policier-violeur ne soit pas libéré, surtout que des manœuvres inquiétantes sont observées dans le processus d’obtention du certificat médical ».

Que s’est-il passé ?

Un garçon de 15 ans, originaire de l’île-à-Vache, est venu participer au Carnaval des Cayes (du dimanche 10 au mardi 12 février). Il a été emmené chez le policier Serge Carlo Gilles, qui l’a rencontré sur la plage Beaulieu aux Cayes.

Le crime de viol aurait été commis au domicile de l’agent I de la Brigade d’intervention motorisée (Bim), le dimanche 10 février 2013.

Arrêté, puis mis en isolement, Gilles aurait déjà fait des aveux, selon une source policière.

Le commissaire du gouvernement près le tribunal civil des Cayes, Jean-Marie Salomon, promet d’aller jusqu’au bout dans cette affaire.

« Le parquet a déjà mis l’action publique en mouvement contre [le présumé] violeur », a-t-il déclaré.

Sur les réseaux sociaux, dont le très populaire facebook, les internautes semblent se rappeler le cas de Johny Jean, ce jeune homme violé en 2011, dans le Sud du pays, à Port-Salut, par des soldats uruguayens de la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah). [efd kft rc apr 15/02/2013 13:40]