Dépêches

Haïti-Justice : Duvalier écrit à la cour d’appel pour expliquer son absence à l’audience


jeudi 7 février 2013

P-au-P, 7 févr. 2013 [AlterPresse] --- Les avocats de Jean Claude Duvalier réclament un nouveau report de l’audience en appel au 21 février, alors que l’ex-dictateur appelé à se présenter physiquement à la cour a avancé dans une lettre les motifs de son absence.

Selon la lettre lue par ses avocats, Jean Claude Duvalier affirme dans cette lettre que la convocation a été « prématurée » et n’a « pas été faite à la suite de débats ».

La seance à la cour d’appel ce 7 février coïncide avec le 27e anniversaire de la chute de son régime. Mais pour Duvalier ce devait être « une date de réconciliation nationale ». Il mentionne particulièrement des « actes abominables » commis après son départ du pays en 1986 contre ses partisans.

De cette manière il passe sous silence les crimes commis par son régime et que lui reprochent des victimes qui ont porté plainte.

Le déni se présente aussi comme une véritable arme de plaidoirie pour les avocats de Duvalier qui, lors de la première partie de l’audience, ont dit ne pas reconnaitre de partie civile dans l’affaire. Ils affirment également ne reconnaitre que les crimes économiques objet d’une plainte de l’Etat haïtien et non les crimes contre l’humanité.

Devant le tribunal à Port-au-Prince, les partisans de l’ex-dictateur s’étaient massés très tôt. Une vingtaine de jeunes réclamant le jugement de celui appelé familièrement "Baby Doc" se tiennent en face. Une légère échauffourée a même eu lieu entre les deux camps.

L’audience a été suspendue momentanément par les juges devant le refus des avocats de Jean Claude Duvalier de laisser la parole à leurs homologues de la partie civile. [jep kft gp apr 7/02/2013 12 :35]