A travers Haiti

Haïti-Environnement frontalier : Quand le Lac Azuei et la rivière Lastique menacent de rayer Fond Parisien


mardi 11 décembre 2012

Correspondance Ethzard Cassagnol

Fond-Verrettes, 11 déc. 2012 [Alter Presse]- - - La population de Fond-Parisien, section communale de Ganthier (département de l’Ouest), doit faire face sur deux fronts à la menace des eaux de la rivière Lastique et de l’Étang Saumâtre (ou Lac Azuei), lequel baigne également une partie de Malpaso (sur la frontière avec la République Dominicaine, la plus proche de la capitale Port-au-Prince), constate l’agence en ligne AlterPresse.

Depuis le passage de l’ouragan Sandy, à la fin de novembre 2012, la rivière Lastique, qui n’a pas regagné son lit, continue de gagner les terres habitées dans son voisinage.

Plusieurs maisons sont endommagées et des plantations ravagées par la rivière, témoignent Alfred Décembre et Wesly Pierre, deux habitants de la zone.

Boidemier, La source, Nan Boulay, trois localités surpeuplées, sont en voie de disparition à cause de la menace des eaux de la rivière Lastique, d’après certains habitants de la zone.

Nan Boulay est une zone d’élevage de caprins et de bovins.

Sous les yeux de la communauté, des individus ont construit le village de la Foi, à côté de la rivière. D’autres maisons sont bâties dans la même zone.

Jusqu’ici, il n’y a aucune réaction des autorités pour freiner ces constructions anarchiques.

Mais, le sentiment répandu reste l’inquiétude au sein des communautés, qui gardent en mémoire les inondations de mai 2004 à Mapou et Fond-Verrettes.

La mémoire collective conserve encore le souvenir de la dévastation de la localité La Ferme par le cyclone Hazel en 1954. La Ferme est, aujourd’hui, une zone totalement abandonnée.

Aussi, certains habitants disent-ils vouloir quitter, au plus vite, la zone et demandent-ils un soutien de l’État pour pouvoir se reloger.

La rivière menaçante vient de Lastique, une localité située à l’entrée du massif de La Selle, au voisinage de « pays pourri », section communale de Ganthier.

Lastique se jette dans l’Étang Saumâtre à Fond Parisien. L’Étang Saumâtre continue, pour sa part, de s’étendre, en période sèche, au grand désespoir des populations riveraines.

Le village de Fond Bayard menacé

Les eaux de l’Étang Saumâtre foncent sur le village de Fond Bayard, localité de Fond Parisien, et mettent en danger la vie et les biens de la population.

L’eau se retrouve, à présent (10 décembre 2012), à moins de 60 mètres de la localité.

Les habitantes et habitants de Fond Bayard vivent dans l’inquiétude.

Une cinquantaine de familles sont déjà parties et il n’en reste que plus de 100 à vivre dans cette localité, déclare Roody Jean, un habitant de la zone.

« Nous ne savons pas encore ce que nous allons faire, quand les eaux du lac atteindront les maisons », craint-il.

Des plantations, principalement de patates, maïs et canne-à-sucre, sont irrémédiablement gâchées par l’Étang Saumâtre (l’eau de l’étang est salée) .

Des animaux, à l’image des « mabouya » (reptiles voisins de l’iguane), vivent la destruction de leur habitat.

« Nous n’avons aucun moyen disponible pour construire dans d’autres endroits plus sûrs », déplorent les habitantes et habitants.

La question du relogement s’avère ainsi cruciale.

En 2004, Food for the Poor et le groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) ont construit, à Fond Bayard, 100 maisons pour accueillir des rapatriés de la République Dominicaine.

En 2012, ces maisons logent 150 familles, témoigne Osnel Francimé, un habitant de la communauté, également membre du comité de la protection civile.

Pendant que cette population continue de grandir, les risques environnementaux atteignent une propension inquiétante. [ec kft rc apr 11/12/2012 2:05]