Dépêches

Haïti : Trente professionnels outillés pour la gestion de conflits (Vidéo)


lundi 9 juillet 2012

P-au-P, 9 juillet 2012 [AlterPresse] --- Trente professionnels haïtiens ont reçu le 6 juillet leurs certificats de formation en gestion de conflits, à l’issue d’une troisième session organisée par le Groupe de recherche et d’appui en milieu rural (Gramir) et l’Organisation non gouvernementale suisse Enfant du Monde.

Cette troisième session de deux jours, bouclée le 6 juillet, a accueilli des participants qui ont exploré avec Martine Libertino la neutralité mais aussi la capacité d’aider les autres au niveau personnel et communautaire.

Selon Frantz Mahotière, consultant de GRAMIR, l’idée maintenant est que les participants puissent agir de leur coté à partir de ce qu’ils auront acquis au fil de la formation, « pour aider les Haïtiens à atteindre leur niveau de bonheur ».

Cette troisième formation avait pour thème : « L’inconscient collectif de l’homme et ses conséquences ».

La session a abordé les problématiques et programmations émotionnelles d’Haïti ainsi que leurs conséquences immédiates et récurrentes.

Le but était « guider ces professionnels engagés dans un travail d’entraide et qui sont plus exposés au risque de sacrifice, au sentiment d’impuissance et à la désillusion ».

Pour la formatrice, Martine Libertino, il n’y a pas de pays heureux.

« En Haïti, on a une misère économique qui fait que le pays souffre. Par contre dans les pays développés, leur forme de misère s’inscrit sous la forme du sentiment d’isolement, qui est une individualité à outrance, et qui est une forme d’égoïsme au sein de la communauté qui fait que nous manquons de solidarité », indique Martine Libertino.

Libertino critique l’Occident qui, dit-elle, s’érige souvent en donneur de leçons malgré les problèmes auxquels il est lui-même confronté.

« Le problème de l’Occident par rapport aux autres pays, c’est qu’ils croient qu’ils sont heureux. En ce sens ils croient qu’ils peuvent donner des leçons de conscience aux autres pays comme Haïti, alors qu’ils ont leurs propres problèmes, parmi lesquels figure un taux de suicide élevé », renchérit-elle.

La première formation sur la médiation pour la paix et la résolution de conflits du Gramir s’est déroulée en novembre 2011. Elle a été suivie d’une autre session en avril 2012. [jep kft gp apr 9/07/2012 13 :40]

Voir une vidéo sur le même sujet