Perspectives

Forum justice sociale et environnementale

Haïti-Environnement : Pour un nouveau cycle de pratiques passant par l’éducation


mardi 12 juin 2012

P -au-P, 11 juin 2012 [AlterPresse] --- La plate-forme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda) plaide pour un nouveau cycle de rapports des citoyennes et citoyens avec l’environnement, lors d’un forum organisé du 5 au 8 juin 2012 au nord de la capitale.

Déroulés autour du thème « justice sociale et environnementale pour Haïti », ces échanges ont réuni des représentantes et représentants de 120 organisations de paysans et d’ouvriers.

Cette activité « entre dans un cycle de mobilisation citoyenne », explique Camille Chalmers à AlterPresse, en marge de la troisième journée le jeudi 7 juin.

L’introduction d’une journée environnementale dans les écoles est une prochaine étape dans le processus de plaidoyer pour l’environnement, annonce la Papda.

Cette journée environnementale dans les écoles devra permettre « d’établir un cycle de nouvelles pratiques » dans les relations avec l’environnement, car le divorce des jeunes avec le cadre naturel et environnemental constitue une crise, avance Chalmers.

Les séances de réflexion du forum arrivent également en prélude à la grande rencontre de réflexion sur l’environnement, Rio+20, qui se tient du mercredi 20 au vendredi 22 juin 2012 au Brésil à Rio de Janeiro, 20 ans après le grand sommet international sur l’environnement.

A partir des résultats des différents ateliers, la Papda espère établir un cahier, voire « influencer les autorités » lors du sommet de Rio=20 et souhaite « que le gouvernement se tienne en face des pays impérialistes qui prônent l’économie verte : une nouvelle manière de transformer l’environnement et la nature en une marchandise ».

« Nous profitons du momentum de Rio+20 pour soulever des questions importantes sur notre gestion de l’environnement du pays et notre relation avec celui-ci, et voir quelle est la politique de l’État face à la dégradation environnementale », précise Chalmers.

Le curage des rivières, l’aménagement des bassins versants et des ravins, le reboisement et l’usage d’engrais biodégradables sont parmi les idées préconisées par Osnel Jean-Baptiste de l’organisation "Tet Kole Ti Peyizan Ayisyen"/Union des Petits Paysans [et non du Mouvement des paysans de Papaye (Mpp)], qui était l’un des principaux intervenants de cette 3e journée de forum.

La souveraineté alimentaire, une étape dans la protection de l’environnement

Le responsable du Mouvement paysan de papaye (Mpp) déplore les penchants des dirigeants et des négociants qui versent dans une campagne de publicité pour les produits étrangers, ce qui consacre « la baisse de la valeur des produits locaux », selon lui.

Jean-Baptiste préconise la souveraineté alimentaire c’est-à-dire une production réalisée en quantité et qualité pour répondre aux besoins de la population.

Une démarche qui permettrait de protéger la terre, mais aussi de gérer la surpopulation et la concentration, car un paysan - attaché à sa terre et à ses intérêts dans l’agriculture - risque moins de migrer vers la ville.

La sécurité alimentaire - que prône la communauté internationale et qui consiste à l’importation de produits étrangers dans le pays - génère en fait « une insécurité alimentaire », car elle renforce la destruction de l’agriculture haïtienne et engendre « une insuffisance alimentaire » dans le pays, argue Osnel Jean-Baptiste.

A l’inverse, la souveraineté alimentaire assure aux citoyennes et aux citoyens de rester en santé en faisant le choix d’aliments sains, ajoute Jean-Baptiste.

Par ailleurs, des organisations de la société civile ont claironné l’urgence et estiment qu’il est réellement temps de passer de la parole aux actes pour favoriser une croissance de la couverture forestière dans le pays.

Actuellement estimée à 1.5 %, elle devrait atteindre 5% en 4 ans si le président Joseph Michel Martelly respecte ses engagements d’ici la fin de son mandat.

Cependant, d’autres organismes sociaux souhaitent une augmentation de la couverture forestière du pays à 10 %. [srh kft rc apr 11/06/2012 14:15]