A travers Haiti

Journée mondiale de l’environnement

Haïti-Environnement : Des milliers de personnes disent non à l’offensive des transnationales dans le pays


mercredi 6 juin 2012

Correspondance Ronel Odatte

Hinche, 6 juin 2012 [AlterPresse] --- A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, plusieurs milliers de paysannes et paysans (12,000 selon les organisateurs) sont descendus dans les rues de Hinche, le mardi 5 juin 2012, pour manifester leur mécontentement contre les transnationales plutôt intéressées à détruire la planète, a observe l’agence en ligne AlterPresse.

« Rebati anviwonman se kore agrikilti lakay » (Rebâtir l’environnement, c’est supporter l’agriculture locale) est le thème retenu cette année pour commémorer la journée mondiale de l’environnement au Plateau central.

Les membres des organisations paysannes, comme le mouvement paysan de papaye (Mpp), le mouvement paysan national du congrès de Papaye (Mpnkp), le mouvement sans terre du Brésil (Mst), les plateformes Kaba Grangou et Je nan Je, ont juré de combattre le capitalisme vert et lutter contre la domination des transnationales.

Sous la haute sécurité des agents de la police nationale d’Hait (Pnh), la manifestation est partie du centre de formation des cadres paysans à Papaye (à 10 km à l’est de Hinche) vers les 11:00 am locales (15:00 gmt).

Les protestataires en ont profité pour dire non aux entreprises Monsanto, Coca Cola et aux compagnies américaines et canadiennes qui veulent s’approprier des terres en Haïti.

Ils ont également exprime leur réprobation de l’occupation du territoire national par la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).

« Aba Monsanto, non aux semences hybrides, vive l’agriculture paysanne, vive l’agro-écologie, non à la production de l’agrocarburant, vive une Haïti souveraine » sont quelques-uns des slogans inscrits sur les pancartes, les chapeaux et les banderoles des manifestantes et manifestants.

A l’entrée du pont Sténio Vincent (à 30 m du centre de la ville de Hinche) plusieurs militantes et militants du Mpp, dont le porte-parole de l’organisation, Chavannes Jean Baptiste, ont chanté les funérailles symboliques de l’entreprise géante américain Monsanto.

Ils ont fait creuser un trou, dans lequel ils ont mis un cercueil avec les noms des multinationales (telles que : Monsanto, Cargill, Syngenta, Coca Cola), aujourd’hui, selon eux, responsables du réchauffement de la planète et de la destruction de l’environnement.

« Par ce geste, nous voulons dire à tout le monde qu’Haïti ne veut pas entendre parler de semences hybrides ; que Coca-Cola nous laisse en paix, qu’ils sortent d’ici », déclare Jean-Baptiste.

Après avoir sillonné les rues de la ville de Hinche, les manifestantes et manifestants se sont dirigés vers la place Charlemagne Péralte aux environs de 2:00 pm (19:00 gmt) pour la lecture d’une déclaration écrite par les représentants des différentes organisations, également membres de la plateforme internationale paysanne Via Campesina.

Dans leur déclaration finale, les milliers de manifestantes et manifestants ont mis l’accent sur les crises financières, énergétiques, alimentaires, environnementales, et la crise de modèle de production qu’engendre le système capitaliste.

Pour la dirigeante régionale de kowòdinasyon nasyonal fanm peyizan ( coordination nationale des femmes paysannes / Konafap), Marie Lucie Adolphe, tout le monde doit s’impliquer d’avantage afin d’éviter une aggravation de la situation.

« Aujourd’hui, il y a 11 compagnies américaines et canadiennes qui cherchent à s’approprier nos ressources minières, détruire le sol haïtien, détruire l’environnement et nous faire disparaitre de notre terre natale », déplore t-elle.

Sur la place Charlemagne Péralte, le mouvement paysan de Papaye a profité de la célébration de la journée mondiale de l’environnement, ce 5 juin 2012, pour organissr une exposition de produits locaux ainsi qu’une distribution de semences organiques et de plantules. [ro kft rc apr 6/06/2012 10:10]