er juin 2012"/> Haïti-Politique : Appel à la mobilisation contre la Minustah ce 1<sup class="typo_exposants">er</sup> juin 2012
Perspectives

Juin 2004 – juin 2012, 8 e anniversaire du déploiement de la Minustah

Haïti-Politique : Appel à la mobilisation contre la Minustah ce 1er juin 2012


vendredi 1er juin 2012

P-au-P, 31 mai 2012 [AlterPresse] --- A l’occasion du huitième anniversaire (juin 2004 - juin 2012) du déploiement de la miision des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah), plusieurs organisations nationales et internationales projettent de manifester, sous diverses formes, contre la présence de la force onusienne sur le territoire national, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Démonstration dans les rues, expositions de photos et de documents sur les actions de la Minustah, conférences–débats figurent parmi les activités de mobilisation contre les forces onusiennes.

A Port-au-Prince, une manifestation est projetée, ce vendredi 1er juin 2012, du fort national (grand quartier populaire surplombant la capitale, au nord-est) pour aboutir devant les locaux du parlement (à proximité du bord-de-mer, à l’ouest) par le collectif de mobilisation en faveur des victimes du choléra [1] ainsi que Asosyasyon kominikatèz ak kominikatè popilè (association des communicatrices et communicateurs populaires / Akp).

« Desalin, prete n kòlè w pou n mete Minista deyò » (Dessalines [2], passe-nous ta colère pour déloger la Minustah dans le pays) est le thème de la manifestation annoncée.

« Les Nations-Unies ont prétexté qu’ils sont venus pour la stabilisation du pays lors de leur première intervention dans le pays, alors qu’Haïti n’était pas en guerre, encore moins en guerre civile. Ce qui sous-entend qu’ils ont fardé la vérité pour s’immiscer dans le pays », argumente le collectif de mobilisation en faveur des victimes du choléra.

Or, pendant cette longue période d’occupation d’Haïti par ces milliers d’étrangers sous le couvert de la force de maintien de la paix, les troupes de la Minustah ont commis des forfaits sur nombre de citoyennes et citoyens dans le pays, en particulier sur des jeunes filles et de jeunes garçons violé par des soldats bénéficiant de l’immunité.

Pour le collectif de mobilisation en faveur des victimes du choléra, « il est difficile de compter la quantité de cas d’injustice, commis par ces soldats qui se réclament de la force de stabilisation du pays durant ces huit dernières années » [de 2004 à 2012].

Même les autorités dans les plus hautes sphères de l’État, comme des parlementaires et des policiers nationaux, ont été, pour ainsi dire, humiliés par des soldats de la Minustah, rapportent les organisations qui réclament le départ de la force onusienne.

« En plus des actes de répression qui leur sont reprochés, les actes de viols sur les mineurs, les fillettes et les petits garçons, le vol des cabris des paysans, l’implication des soldats de la Minustah dans des cas de meurtres, des actes de corruption, il faut signaler l’importation d’une souche de l’épidémie de choléra qui a déjà causé la mort à plus de 7 mille personnes et provoquant l’infection de plus de 5 cent mille autres », rappelle une note cosignée par le collectif et Akp.

Les deux regroupements assimilent les faits reprochés à la Minustah à des crimes contre l’humanité, qui ne devraient pas rester impunis.

Les initiatives de mobilisation, prévues par différentes organisations politiques, syndicales et populaires contre la Minustah, contre la commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (Cirh), contre le fonds monétaire international (Fmi), contre la banque mondiale, contre le pillage de réserves du sous-sol haïtien, auront lieu simultanément, ce vendredi 1er juin 2012, dans plusieurs pays des Amériques, tels : le Brésil (qui coordonne la Minustah et qui a le plus fort contingent de militaires dans la force onusienne), les États-Unis d’Amérique, le Mexique, l’Uruguay, le Pérou, la Bolivie, l’Équateur, plusieurs pays des Caraïbes (Martinique, Guadeloupe, Trinidad et Tobago, Dominique) ainsi que la France. [jep rc apr 31/05/2012 18 :07]

[1] Les premiers cas de l’épidémie de choléra ont été identifiés le 18 octobre 2010, à proximité d’une base népalaise de la Minustah, près de la rivière Myel, à Mirebalais, à 68 km au nord-est de la capitale.

[2] Après la capture de Touusaint Louverture, Jean Jacques Dessalines a pris la tête du soulèvement des esclaves révoltés de Saint-Domingue, avec Henri Christophe et Alexandre Pétion (entre autres) pour combattre et chasser les colons français, et proclamer l’indépendance d’Haïti le 1er janvier 1804 aux Gonaïves, à 171 km au nord de Port-au-Prince.