Dépêches

Haïti-Sécurité : Marche de supposés anciens militaires à l’occasion de la fête du drapeau


samedi 19 mai 2012

P-au-P, 18 mai 2012 [AlterPresse] --- Plus d’une centaine de personnes en treillis militaires se réclamant de l’ancienne armée ont marché à Port-au-Prince ce 18 mai 2012, 209 e anniversaire du drapeau haïtien, a constaté l’agence en ligne AlterPresse

Les marcheurs, dont certains étaient armés, sont partis de Carrefour (périphérie sud de la capitale) en direction du centre de Port-au-Prince sans qu’un itinéraire soit annoncé.

« C’est mon cœur qui m’emmène ici aujourd’hui, c’est–à-dire la Constitution du pays », déclare à AlterPresse Serge Jean Guerrier, qui affirme avoir fait partie de l’armée dissoute en 1995.

Cette marche coïncide avec la célébration des 209 ans d’existence du drapeau haïtien encore appelé le bicolore. Les grandes célébrations ont surtout eu lieu à l’Arcahaie (une trentaine de km au nord de la capitale).

Parmi les personnes en uniforme militaire, des femmes ont été remarquées, quoique l’ancienne armée ne comptait pas de femmes soldats.

« C’est le 18 mai, c’est la fête de notre drapeau, nous sommes sortis pour la célébrer et pour rester mobiliser en vue de la reconnaissance des Forces armées d’Haïti (FAd’H) », déclare Johanna.

« Je veux intégrer l’armée parce que je veux servir mon pays en tant que jeune. Il y a beaucoup de jeunes qui sont là et qui voudraient servir leur pays », ajoute-t-elle.

De son côté Mackenson, un jeune en civil, considère le mouvement des supposés militaires comme un signal de renouveau.

Joseph, un autre jeune marcheur en civil, dit regretter le fait que des drapeaux étrangers (de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti) flottent dans le pays. Il invite le président Michel Martelly à tenir ses promesses de campagnes notamment celles de remettre sur pied avec l’armée.

Parmi les badauds, des voix se sont élevés contre la présence de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah) et ont souhaité le départ des troupes onusiennes.

Des agents de la Minustah et de la police ont été déployés dans la zone de Carrefour et ont effectué des fouilles de véhicules.

Les mouvements constatés ont provoqué un grand embouteillage dans le secteur. [srh gp apr 18/5/2012 15 :15]