A travers Haiti

Haïti-Manifestation : Thomassique gagnée par la fièvre des villes inquiètes de l’état des services sociaux


lundi 23 avril 2012

Correspondance Ronel Odatte

Hinche, 23 avril 2012 [AlterPresse] --- Toutes les activités économiques sont paralysées à Thomassique (17 km de Hinche- Est/Nord-Est) ce lundi 23 avril, notamment le commerce frontalier avec la République Dominicaine, suite à un mouvement de protestation qui a éclaté dans la ville pour réclamer de meilleures infrastructures.

Plusieurs milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Thomassique le vendredi 20 avril 2012 pour réclamer des autorités gouvernementales la réhabilitation des tronçons de routes Hinche/Thomassique –Cerca-la-Source et l’électrification de l’arrondissement.

La manifestation a démarré tôt dans la matinée sur la place de Thomassique, sous l’escorte de deux policiers haïtiens et de 8 hommes en treillis militaire lourdement armés, qui disent avoir appartenu aux anciennes forces armées dissoutes depuis 1995.

Les manifestants ont fermé le bureau local de la douane, celui de la direction générale des impôts (Dgi), et dressé des barricades à l’entrée de la ville pour empêcher la circulation entre Hinche /Thomassique, ainsi que Cerca-la-Source/Thomassique.

« Thomassique doit être électrifiée, la réhabilitation de nos routes doit démarrer, Les taxes prélevés par le service de la douane ne servent à rien », lit on sur les pancartes.

Plusieurs notables de la ville ont pris part à cette manifestation, lancée par le comité « Nou bouke » (en francais : Nous en avons assez) dirigé par l’ancien maire Amos Louis.

« Les habitants de la commune de Thomassique n’ont ni système de santé adéquate, ni système éducatif de qualité, ni accès à l’eau potable. Nous devons avoir accès aux services sociaux de base. La réhabilitation des voies publiques et l’électrification de l’arrondissement sont nécessaires », se plaint un manifestant.

Un policier national, qui n’a pas voulu révéler son nom, a indiqué qu’aucune intervention des forces de l’ordre ne pouvait empêcher les manifestants de fermer ces institutions publiques.

Une éventuelle action policière aurait pu transformer la ville en un champ de bataille, du fait qu’un grand nombre de manifestants étaient, selon lui, en possession d’armes à feu.

Joint au téléphone dimanche soir par AlterPresse, le maire de la ville, Wilmane Mathé, fait état du déblocage de la circulation, sans fixer de délai de dénouement pour ce qui concerne les services de la douane et de la Dgi.

Sans plus de précisions, le maire de Thomassique évoque de nouvelles négociations, cette semaine, entre les autorités départementales et les protestataires.

Pour leur part, les contestataires annoncent d’autres manifestations si les autorités n’apportent pas de réponses appropriées à leur revendication.

Au cours de ce mois d’avril 2012, de violentes manifestations ont éclaté dans bon nombre de villes et de sections communales du Plateau Central, pour l’amélioration des services sociaux de base.

Après Belladère et Savannette, c’est au tour de Thomassique aujourd’hui.

Située dans le haut Plateau Central et dans l’arrondissement de Cerca-la-Source, la commune de Thomassique ne dispose que de 6 policiers nationaux pour 58,000 habitantes et habitants, d’après les responsables municipaux. [ro kft gp apr 23/04/2012 13:00]