Dépêches

Haïti-Politique : Pas de séance à la chambre des députés, 24 heures après l’irruption d’individus armés


mercredi 18 avril 2012

P-au-P, 18 avril 2012 [AlterPresse] --- La chambre des députés n’a pas tenu séance ce 18 avril, 24 heures après l’irruption dans le périmètre du parlement d’individus armés, en uniforme militaire.

« On attend une explication sur ce qui s’est passé », déclare à AlterPresse le député Ronald Larêche, de la commission sécurité de la chambre basse.

Le président de la chambre des députés Lévaillant Louis Jeune a du mettre fin prématurément à une séance tenue autour de la formation de la commission d’étude des dossiers du premier ministre désigné et actuel chancelier haïtien Laurent Lamothe.

Ce comportement est vu comme « une erreur » et « un mauvais conseil », par le député Larêche, qui condamne ce geste.

Au moment de clore la séance, le président de la chambre des députés, Levaillant Louis Jeune, avait exigé que le gouvernement « fournisse une réponse ». « C’est très grave qu’un parlement en fonctionnement soit assiégé par des bandits armés », avait-il jugé.

Depuis le début de l’année, des groupes d’hommes armés et en uniformes se faisant passer pour des anciens militaires sont remarqués dans divers points du territoire, sans qu’aucune mesure pratique ne soit mise en œuvre par les autorités compétentes pour contenir ce mouvement.

L’armée, qui figure dans la constitution d’Haiti, a été officiellement dissoute par l’ancien président Jean Bertrand Aristide en 1995. La Police Nationale d’Haïti (Pnh) qui est la seule force armée officielle du pays, aux cotés des casques bleus de l’ONU, déployés à travers le territoire en 2004.

Le président Martelly qui avait fait du retour de l’armée une de ses promesses de campagne. Des associations de droits humains, entre autres, sont sceptiques sur l’opportunité de la mise en place d’une armée dans les conditions actuelles et la communauté internationale ne souhaite appuyer que le renforcement de la police. [rh apr 18/4/ 2012 15:55]