Dépêches

Haïti-Rép. Dominicaine : Le Parquet saisi de l’affaire du « complot » contre Martelly


vendredi 13 avril 2012

P-au-P., 13 avril 2012 [AlterPresse] --- Le ministre haïtien de la justice, Michel Brunache, informe ce 13 avril que le Parquet de Port-au-Prince enquête sur un éventuel complot ourdi par un ex colonel dominicain en relation avec un citoyen haïtien en vue de déstabiliser l’administration du président Michel Martelly.

Brunache est intervenu lors d’une conférence de presse, après avoir pris part la veille à une rencontre avec des journalistes à Santo Domingo, où les gouvernements des deux pays ont dénoncé le « complot » attribué à l’ex colonel Pedro Julio Goico Guerrero, connu comme « Pepe Goico ».

Pepe Goico serait en contact avec un Haïtien identifié comme Pierre Kanzki, auquel l’ex militaire dominicain aurait demandé d’entreprendre une campagne de dénonciations de corruption contre Martelly comme une étape d’un plan de déstabilisation.

« Une fois que nous avons eu l’information, nous l’avons transmise au Parquet, qui fera le nécessaire, en suivant la procédure tracée par la loi », a déclaré le ministre de la justice aux journalistes, dont un reporter d’AlterPresse.

Le ministre a précisé que des données sont disponibles concernant le citoyen haitien Pierre Kanzki. « Nous savons où il travaille et où il habite », dit-il.

À propos de la déstabilisation, le titulaire de la justice a fait savoir qu’elle est assimilée à tout acte qui peut avoir des répercussions négatives sur la politique gouvernementale.

Le président Martelly veut attirer des entrepreneurs en Haïti, affirme-t-il.

« S’ils accusent faussement de corruption les dirigeants haïtiens, un entrepreneur n’investira pas son capital dans un pays où on dit qu’il y a corruption » et « ceci déstabilisera le pays », ajoute-t-il.

Néanmoins, « en aucun cas le mandat (de Martelly) n’est en danger », croit Brunache.

Cette nouvelle affaire se produit environ deux semaines après un scandale de pots-de-vin, révélé par la journaliste dominicaine Nuria Pierra et qui éclabousse Martelly ainsi que l’influent sénateur dominicain Felix Bautista (proche du président Léonel Fernandez).

Selon l’enquête conduite par Pierra, Martelly aurait reçu de Bautista 2,5 millions de dollars americains (US $ 1.00 = 42.00 gourdes ; 1 euro = 61.00 gourdes aujourd’hui) avant et après son élection à la présidence, ce qui a été démenti par la présidence haïtienne.

Michel Brunache, qui ne veut surtout pas établir de liaison entre les deux affaires, abonde dans le même sens que Martelly en déclarant que « les accusations (de la journaliste) sont fausses ».

Le colonel à la retraite Pedro julio Goico Guerrero fait partie du cercle rapproché de Hipolito Mejia, ex président et candidat à la présidence du Parti révolutionnaire dominicain (Prd), en face notamment de Danilo Medina, du Parti de la libération dominicaine (Pld) au pouvoir.

« C’est un écran de fumée pour couvrir les scandales de Felix Bautista », opine Mejia, interrogé par des journalistes qui lui ont demandé son avis sur les dénonciations faites par le gouvernement dominicain.

Pour Mejia, le gouvernement du Pld cherche, en outre, à détourner l’attention sur la chute de la popularité de Danilo Medina et Margarita Cedeño, candidats du parti aux prochaines élections de mai 2012. [gp rh apr 13/04/2012 18:00]