Perspectives

Haiti-Reconstruction : La révolte des toilettes


jeudi 8 mars 2012

Enquête

Dans le cadre du partenariat médiatique « Ayiti Kale Je »*, dont AlterPresse fait partie

P-au-P., 8 mars 2012 [Ayiti Kale Je / AlterPresse]--- Les 534 maisonnettes, dotées chacune d’une galerie et d’un jardin, ont un air de normalité qui plaît au premier coup d’œil à Tabarre Issa, un camp de la plaine du Cul-de-sac où ont été relogées autant de familles déplacées de la Vallée de Bourdon suite au tremblement de terre de 2010.

Si ceux qui n’ont pu profiter des pimpantes maisonnettes – aménagées pour $ 5 000 US l’unité – par l’organisation humanitaire irlandaise Concern Worldwide, les jalousent, là n’est pas vraiment le problème.

Le hic, c’est que les centaines de toilettes écologiques – une par « abri transitoire » – installées pour faciliter la vie des bénéficiaires n’ont à peu près jamais servi. Pire. Ces derniers les arrachent et installent à leur place des toilettes à chasse d’eau pour lesquelles ils creusent de simples fosses qui peuvent polluer irrémédiablement la nappe phréatique.

Il y aurait peu à redire si le phénomène était cantonné à des zones peu peuplées. Mais les résidents de Tabarre-Issa creusent, sans souci des règles les plus élémentaires de salubrité, des fosses dans la même zone aquifère où s’approvisionnent les dizaines de camions qui ravitaillent quotidiennement en eau la capitale haïtienne.

Leur rejet de la toilette écologique UDT (« Urinary Diversion Toilet » en anglais) [1], utilisée déjà sur trois continents et qui sépare l’urine de la matière fécale afin de conserver l’eau et de produire du compost, n’est pas sans conséquences sérieuses sur l’environnement. Les excrétas humains qui pourraient contenir des germes de choléra et d’autres agents pathogènes risquent en effet d’être disséminés dans la nappe phréatique la plus importante d’Haïti, avec des conséquences sanitaires potentiellement incalculables.

À elle seule, Sherline Aldorange a dépensé 2 750 gourdes ($ 68.75 US) pour l’achat d’une toilette à chasse d’eau usagée. La simple pensée d’avoir à utiliser à nouveau la toilette écologique la révulse. « Non ! Je ne suis pas habituée à ce genre de choses ! Non ! Ce n’est pas possible ! », lance-t-elle, dégoûtée.

« Ces toilettes propagent mouches, cafards et odeurs nauséabondes, fulmine de son côté Jean Auguste Petit-frère, le président du comité du camp de Tabarre-Issa. Elles nuisent à la santé. On ne peut plus respirer dans les maisonnettes ! »

Ils ne sont pas les seuls à tempêter ainsi. Une enquête menée par le partenariat Ayiti Kale Je (AKJ) auprès de 50 familles du camp de Tabarre Issa – soit environ 20% des familles — révèle que la totalité des interviewés se plaignent de ce que les toilettes écologiques sont sources d’odeurs nauséabondes, de cafards et d’agents polluants.

Pas étonnant, donc, que 98% des interviewés n’utilisent plus les toilettes dont était pourtant si fière l’organisation irlandaise. En fait, 90% des familles interviewées confirment s’être débarrassées de leur toilette écologique et d’avoir installé leur propre toilette à chasse d’eau.

Derrière la révolte des toilettes

Mais pourquoi tant de méfiance, voire cette révolte, contre un système qui a fait ses preuves et qui est utilisé un peu partout dans le monde ?

D’accord, les toilettes écologiques sont une nouveauté en Haïti et demandent d’entretien. Mais il est vrai aussi que les bénéficiaires avaient d’autres habitudes et que ces toilettes, bien qu’écologiques, demandaient un travail que bien peu d’entre eux étaient prêts à faire.

« Une fois les récipients remplis d’excréments, les usagers devaient les transporter dans une cave construite par Concern à proximité de la maison d’un riverain », explique Jean Auguste Petit-frère. « Ce dernier est intervenu auprès des autorités municipales pour interdire aux gens de déverser les fèces à côté de son domicile ».

Maryse François, formatrice pour Concern, avait pour tâche d’expliquer aux résidents les procédures à suivre pour utiliser les toilettes écologiques. Elle dit n’être jamais parvenue à se familiariser avec le système. « J’étais un agent de formation pour Concern et je n’arrivais pourtant pas à m’adapter à cette latrine. Pour une personne qui n’a pas suivi la formation, c’était encore pire ! »

Elle ajoute, amère : « Personne ne s’adapte à ce système et n’utilise ces toilettes au camp. C’est un gaspillage ».

Certains considèrent que ces toilettes nouveau genre représentent carrément une menace pour leur santé. « Les agents pathogènes, les cafards, les odeurs puantes, on n’en peut plus », se plaint Jeannette Georges, une mère de cinq enfants qui vivait autrefois à Vallée de Bourdon.

À Concern Worldwide – une organisation qui a travaillé en Haiti dans plusieurs domaines avant le tremblement de terre – on fait le dos rond, persuadé que les UDT étaient la seule option. Les habitants avaient demandé une toilette pour chaque maisonnette, au lieu des toilettes communes.

« Il n’est pas possible d’installer une toilette à chasse d’eau dans un abri transitoire », précise Nick Winn, le responsable qui a supervisé la construction des maisonnettes et l’installation des UDT. « Il faut de l’eau, il faut mettre une doublure dans la fosse… et le coût ! »

« S’il avait fallu installer le système d’adduction d’eau nécessaire, il aurait été impossible de négocier avec un bailleur de fonds », ajoute Jean Frenel Thom, assistant directeur Programme chez Concern. Au lieu de $ 5 000 US, chaque maison aurait coûté au moins $ 7 500 US d’après Thom.

Et, de tout façon, dit M. Winn, « l’UDT qui a été installée à Tabarre-Issa est 100 % sanitaire ».

Cent pour cent sanitaire, peut-être, mais zéro % au chapitre de la participation citoyenne.

C’est justement là que le bât blesse, l’ONG irlandaise ayant négligé d’impliquer la population dans le choix du nouveau système de toilettes écologiques. Pas étonnant que l’enquête d’AKJ ait révélé que 100% des 50 familles interviewées affirment n’avoir jamais été consultées sur les toilettes imposées par Concern.

Peu de participation, beaucoup de déploration

Pourtant, ce ne sont pas les études qui manquent. Réalisées par des organisations comme les agences d’assistance internationale et l’UNICEF, toutes insistent sur le fait que les toilettes UDT doivent être culturellement acceptées par les bénéficiaires et que les communautés doivent se voir proposer une large gamme de technologies appropriées afin de choisir en fonction de leurs préférences, besoins et priorités.

« Les facteurs les plus importants pour l’acceptation d’un système écologique sont les attitudes traditionnelles et les tabous liés à la défécation et aux excrétas humains, dit une étude réalisée en 1998 par l’Agence suédoise internationale pour le développement (SIDA). Ce qui signifie que les freins culturels peuvent entraver l’alternative à l’utilisation des latrines écologiques si les usagers ne sont pas impliqués dans le choix du système ».

« Ces toilettes nous été imposées, assure Diana Paul, un ressortissant de Vallée de Bourdon qui vivait de la vente de charbon de bois avant le tremblement de terre. On ne nous a pas demandé notre avis. Nous avons pourtant dit aux formateurs que nous ne voulions pas de ce modèle ! »
Concern Worldwide ne dément pas les allégations des usagers de Tabarre-Issa mais réprouve le fait que les déplacés arrachent les toilettes écologiques.

« Ils prennent leur propre décision de remplacer le système qui a été installé dans les abris. Est-ce là encore le rôle de Concern de l’interdire ? On replace carrément, déplore Thom. On ne fait que quitter dans ce cas là. [sic] Parce que, officiellement on ne gère plus le camp ».

Winn s’inquiete : « Si vous mettez de l’eau dans une fosse, il ne prendra pas beaucoup de temps à le remplir ».

Chose certaine, SOIL (Sustainable Organic Integrated Livelihoods où Subsistance intégrée durable et organique, en français), une organisation étatsunienne oeuvrant dans le domaine des sanitaires écologiques, était au courant des dangers et a averti Concern.

Au cours de rencontres et d’échanges de courriels, SOIL a maintes fois prévenu Concern des complexités inhérentes au projet, d’après la directrice.

« Nous avons suggéré à Concern de faire une expérience pilote afin de voir l’appréciation des bénéficiaires avant de se lancer dans une grande échelle, confirme Sasha Kramer, mais les usagers avaient déjà investi les maisonnettes. »

En fait, c’est seulement quand Concern a compris qu’il ne lui restait plus que trois semaines pour finaliser l’installation des toilettes qu’elle a sollicité l’aide de SOIL. Cette dernière lui a répondu qu’il était impossible de sensibiliser les bénéficiaires pendant seulement 21 jours. « Concern nous a demandé si nous pouvions travailler avec lui, précise Kramer. Nous avons dit non mais étant donné qu’il recevait du financement, Concern Worldwide a avancé avec le projet. »

À Concern Worldwide, on est moins affirmatif. « J’étais au courant que Concern travaillait avec SOIL à Tabarre mais il y a certaines choses qui ont bloqué le processus », laisse tomber Winn, sans expliquer davantage.
Cependant, il reconnaît que beaucoup des résidents de Tabarre Issa n’utilisent pas les toilettes UDT.

« Disons que l’utilisation n’est pas ce que nous avions souhaité », admet-il.

Son collègue Thom ajoute, « Certes, on est conscient qu’il y a ce problème, on le reconnait ici à Concern… Comme des humains on a commis des erreurs… Mais on ne peut pas considérer Tabarre Issa comme un échec ».

Et, avec les 534 maisonettes et jardins, il n’est pas un « échec ». Cependant, dans un autre camp, Concern travaille autrement.

Le non utilisation de nouvelles toilettes « est liée à un changement de culture et de comportement » admet Thom « On ne peut pas espérer de changer de comportement du jour au lendemain. On sait qu’on devrait être là pour plus longtemps. »

« Actuellement nous travaillons avec SOIL en partenariat dans un camp planifié de taille plus petite pour améliorer notre éducation et voir comment nous devons transmettre des informations adaptées à la culture », rassure Winn. [Voir l’encadré]

Mais faire autrement, c’est pour d’autres camps. Concern s’est déjà lavé les mains sur Tabarre Issa.

« Officiellement on ne gère plus le camp, on n’a aucun droit sur les abris, explique Thom, parce qu’une fois qu’on a construit, on a transféré le droit aux bénéficiaires. Tout est terminé, quoi ! … Pour cette raison, nous pensons que le gouvernement ou la DINEPA [agence gouvernementale] doit venir. »
Mais ont-ils assez de ressources et d’autorité pour contrer la grave menace environnementale qui plane sur la principale nappe phréatique de Port-au-Prince ?

Potentiel désastre environnemental

Dans la plaine du Cul-de-sac, la nappe phréatique n’est pas loin de la surface, une étude réalisée par l’armée américaine en 1999 dit qu’elle représente la meilleure réserve d’eau en Haïti. La majorité des entreprises de distribution d’eau par camion s’approvisionnent dans cette réserve.

La responsable de l’agence gouvernementale responsable de l’eau et de l’assainissement (DINEPA – Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement) se dit très préoccupée par la situation.

« La DINEPA interdit aux gens de creuser des fosses pour placer des toilettes », affirme Johanne Laroche, responsable du Projet d’appui aux mairies de la à Tabarre pour DINEPA. On a recommandé à toute ONG d’utiliser la structure ’’TUFF TANK’’ (géant récipient en plastique, facile à vidanger) dans les camps pour éviter de contaminer la nappe phréatique qui est très haute dans cette zone. »

Mais actuellement, aucune organisation n’œuvre plus à Tabarre Issa. Concern a vidé les lieux.

La Mairie de Tabarre et la DINEPA sont aux abois.

« Nous n’avons pas de fonds disponibles. Les ONG se retirent », déclare Laroche. Nous savons qu’il faut interdire aux gens de forer des fosses mais où vont-ils satisfaire leurs besoins ? » [akj apr 08/03/2012 11:30]

Lafontaine ORVILD pour Ayiti Kale Je

………………

* « Ayiti Kale Je » (http://www.ayitikaleje.org/) est une initiative de partenariat médiatique en vue d’assurer des investigations journalistiques sur la reconstruction d’Haïti suite au séisme dévastateur qui a frappé le pays et fait 300.000 morts et autant de blessés.

Le Groupe Médialternatif est un des partenaires de cette initiative, à travers son agence multimédia AlterPresse (http://www.alterpresse.org/), avec la Société pour l’Animation de la Communication Sociale (SAKS - http://www.saks-haiti.org/). Deux réseaux participent également : le Réseau des Femmes Animatrices des Radios Communautaires Haïtiennes (REFRAKA) et l’Association des Médias Communautaires Haïtiens (AMEKA), qui est composé de stations de radios communautaires à travers le pays.

………………

Ce texte est réalisé avec le support du Fonds pour le journalisme d’investigation en Haïti http://www.journalismeinvestigationhaiti.blogspot.com

[1UDT (urinary diversion toilet) est un néologisme dans la littérature sanitaire en Haïti. C’est une toilette écologique qui vise à séparer l’urine des excréments avec l’objectif de conservation de l’eau et de production de compost. Elle est utilisée en Afrique, en Europe et en Asie. Les UDT sont plus coûteuses à construire que des toilettes à fosse.

Selon SOIL (Sustainable Organic Integrated Livelihoods), leur utilisation sans danger exige une formation sérieuse. Cela demande une quantité de travail pour les garder bien entretenues. Pour la directrice de SOIL, Sasha Kramer, dont le site de compostage se trouve à Trutier, elles conviennent pour les personnes qui souhaitent produire de l’engrais à partir de leurs déchets. Elles sont aussi une bonne option pour les endroits où :
-La nappe phréatique est trop élevée pour des toilettes à fosse
-Les inondations sont courantes
-Le sol est très dur à creuser
-Les gens veulent des toilettes permanentes dans leur maison ou à proximité.

Pour SOIL, les UDT sont un succès. « Ce système fonctionne bien dans les camps car une quantité suffisante de personnes les utilisent. Nous nous assurons que les règles d’hygiène soient respectées », d’après Sasha Kramer, directrice de SOIL.

Actuellement, plus d’une centaine de latrines publiques construites par SOIL fonctionnent à Cité Soleil, à Delmas, au camp Kawonabo, selon Kramer.

La méthode de SOIL est simple : des campagnes de sensibilisation et de formation sont lancées auprès des bénéficiaires pour leur expliquer le fonctionnement des UDT.

Par exemple, après toute utilisation, l’usager doit couvrir les fèces avec des copeaux de bois ou « bagasse de canne à sucre ». L’usager doit veiller à ce que l’urine ne soit pas mélangée avec l’excrément. Bien couvrir l’UDT après tout usage. Le récipient, une fois rempli, est déposé dans un endroit aménagé puis transféré au site de compostage.

Résultat ? Pas d’odeurs, pas de cafards, de mouches ou d’agents polluants.

« Les usagers préfèrent ces toilettes à tous les autres modèles par sa capacité à éliminer les odeurs et de rester saines », affirme Kramer.

Après la mauvaise expérience de Concern à Tabarre Issa, l’organisation a demandé à SOIL de fournir son expertise au camp Village d’Eden. Dans le projet pilote, une toilette publique dessert la population générale pendant que 10 familles expérimentent des UDT dans leurs abris provisoires.

Ydermond Midi, qui habite au camp et qui est responsable de formation pour Concern, ne cache pas son appréciation : « Ca fonctionne bien ici, tout le monde utilise le système sans difficulté et les règles d’hygiène sont respectées ».