Développement durable

Haïti-Séisme : Les opérations de microzonage ont commencé


mardi 6 mars 2012

P-au-P, 6 mars 2012 [AlterPresse] --- Les premières activités dans le cadre du projet de micro zonage national, financé par le trésor public ont débuté dans la région métropolitaine de Port-au-Prince depuis le début du mois de février 2012, apprend AlterPresse.

« Le micro zonage consiste à cartographier les sols qui sont susceptibles d’amplifier les mouvements sismiques », informe Claude Prepetit, coordonnateur de l’Unité technique de sismologie (Uts) et coordonnateur de l’équipe du Bureau des mines dans le cadre de ce projet.

Claude Jean-Poix, , directeur national du projet de microzonage, ajoute que ce projet permettra « d’apporter des recommandations pour l’occupation du sol et (d’)indiquer les mesures constructives à suivre pour certaines catégories de bâtiments ».

Exécuté par le Bureau de Recherches géologiques et minières de France (Brgm) en partenariat avec le Bureau des mines et de l’énergie (Bme) et le laboratoire national du bâtiment et des travaux publics (Lnbtp), le micro zonage vise aussi les villes de Port-de-Paix (nord-ouest), du Cap Haïtien (nord), de Fort-Liberté et de Ouanaminthe (nord-est).

Un comité de pilotage est mis en branle en vue d’assurer la coordination et le suivi du programme. Il est constitué d’institutions nationales étatiques, d’organismes internationaux et de contributeurs.

Le Bureau des Mines et de l’Energie (Bme), le Laboratoire national du bâtiment et des travaux publics, le Centre national d’informations géospatiales (Cnigs), Le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) et le Ministère des travaux publics, transports et communications composent ce comité.

« Nous avons commencé par une étude bibliographique c’est-à- dire le rassemblement des rapports et études sismologiques déjà réalisés, et des travaux de terrain en vue préciser la carte géologique et géophysique qui existe déjà » confie Claude Prepetit.

« Les travaux sur Port-au-Prince, couvrant une superficie de 80 km2, dureront 18 mois et couteront 1,5 million de dollars américains », indique Claude Jean-Poix.

« Les cartes seront faites à l’échelle de 1/25 000 afin de permettre de saisir les moindres détails géologiques, lithologiques ou liés aux aléas de liquéfaction, etc. », d’après le directeur national du projet.

Ce projet devrait donner aux politiques des outils et des informations pouvant les orienter dans la préparation d’un code de construction, d’urbanisme et d’environnement. [efd kit gp apr 06/03/2012 10 :10]