A travers Haiti

Haïti-Éducation : Pour la réouverture de l’école moyenne de développement de Hinche


jeudi 1er mars 2012

Correspondance Ronel Odatte

Hinche (Haïti), 1er mars 2012 [AlterPresse] --- Des dizaines de techniciens, issus de l’école moyenne de développement de Hinche (Emdh- une institution publique), appellent à la réouverture de cette école détournée de sa mission première depuis une quinzaine d’années, selon les informations obtenues par AlterPresse.

Fondée en novembre 1985 et construite sur 8 hectares de terre, l’école moyenne de développement de Hinche (à 5 km du centre-ville) est devenue, 15 ans plus tard, un vaste atelier de fabrication d’outils agricoles. Elle abrite le bureau de l’institut national de la réforme agraire (Inara).

Alors qu’elle a été conçue pour délivrer des formations académiques en agriculture et animation, l’école aide désormais dans la préparation aux petits métiers, tels que la ferronnerie, l’ébénisterie, la maçonnerie et l’artisanat.

« Il y a, parmi nous, des gradués qui ne travaillent pas. Nous sommes prêts à aider à la formation de centaines de jeunes qui ne peuvent pas se rendre à une école privée », souligne un ancien étudiant à l’Emdh, Cénaré Philfrant, devenu un des cadres du mouvement des paysans de Papaye (Mpp).

Philfrant interpelle les autorités sur la nécessité de rouvrir cette école qui a déjà formé plusieurs générations de techniciennes et techniciens.

L’école moyenne de développement de Hinche dispose aujourd’hui de sept (7) salles de classes, trois (3) dortoirs pouvant accueillir plus de 100 personnes, un réfectoire et une cuisine, ainsi que neuf chambres individuelles. L’école dispose aussi de son propre terrain de jeu (basketball, volley-ball) et d’un centre de documentation avec accès Internet.

En 2001, l’établissement a hébergé les directions départementales des ministères de l’éducation nationale et de l’agriculture.

L’Emdh a servi également de lieu, par excellence, pour des rencontres politiques. En 2004, ce centre de formation a été occupé par d’anciens membres des Forces armées d’Haïti (Fadh) qui l’ont approprié en quartier général départemental pour les manœuvres visant à démanteler le régime de Jean-Bertrand Aristide. [ro kft apr 1er/03/2012 0:38]