Perspectives

Haïti - Société : Ralentissement des activités scolaires après la trêve du carnaval 2012


jeudi 23 février 2012

P-au-P, 23 févr. 2012 [AlterPresse] --- A l’exception de la plupart des établissements scolaires, publics et privés, l’ensemble des activités, formelles et informelles, tend à reprendre leur cours régulier en Haïti, ce jeudi 23 février 2012, 2 jours après la trêve du carnaval (du dimanche 19 au mardi 21 février 2012), constate l’agence en ligne AlterPresse.

Le transport en commun, les magasins, les supermarchés, les maisons de transfert d’argent et de nourriture, les stations de distribution de produits pétroliers, ont repris leur traintrain quotidien, Des files de clientes et de clients sont de nouveau remarquées devant les banques commerciales.

En revanche, la plupart des établissements scolaires semblent ne pas avoir emboîter le pas de la reprise normale dans les diverses municipalités (Carrefour, Port-au-Prince, Cité Soleil, Delmas, Tabarre, Croix des Bouquets, Pétionville) de la zone métropolitaine de la capitale.

Le constat de non fonctionnement est très patent dans les écoles publiques, dans un contexte de mise en relief de l’éducation comme axe prioritaire de l’action gouvernementale, dirigée par le premier ministre Garry Conille.

Les nombreux autobus de l’État, qui assurent normalement le transport des écolières et écoliers, n’étaient pas visibles, ce jeudi 23 février 2012, sur les différents circuits et les différentes artères dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Contrairement aux jours ordinaires, les élèves ne sont pas nombreux à se rendre dans leurs écoles respectives, lesquelles ont décidé de prolonger jusqu’au lundi 27 février 2012 la période de congé carnavalesque (modifiant ainsi le calendrier académique scolaire 2011-2012), excepté pour quelques établissements privés (comme les établissements congréganistes).

Plusieurs élèves ont été renvoyés chez eux, dans la matinée de ce 23 février, tandis que d’autres se trouvaient debout devant leurs établissements respectifs jusque vers 10:00 am locales (15:00 gmt).

La non réouverture de la plupart des classes, du cycle fondamental et secondaire, après les périodes des festivités carnavalesques (encore une fois en 2012) est une situation “classique”, souvent enregistrée au lendemain de la trêve du carnaval, reconnaît un cadre du ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), joint par AlterPresse.

“Nous devons mener une lutte appropriée pour une reprise normale des classes le jeudi qui suit les trois jours gras”, souhaite ce cadre du Menfp.

Jusqu’à date, les dirigeants, qui se sont succédé dans l’administration publique en Haïti, paraissent très orientés vers la multiplication de périodes de congés irréguliers (des vacances inopinées), qui affectent non seulement les écoles (lesquelles n’atteignent point la moyenne internationale (recommandée) de jours annuels de classe, mais aussi et surtout affectent l’économie nationale (dépourvue de ressources financières adéquates).

Déjà, l’actuelle administration politique vient d’annoncer la tenue d’un carnaval “des fleurs” à Port-au-Prince, durant la prochaine période d’été 2012.

Ce qui risque, à nouveau, de paralyser les activités régulières au profit d’un autre temps de bamboche, destiné à prévenir les mouvements de ras-le-bol sociaux contre les conditions objectives d’existence (problèmes de logements sociaux, faible offre d’emplois, réalités de vie chère, frustration et absence de loisirs pour une population à caractéristique jeune, etc.). [rh rc apr 23 /02/ 2012 12:37]