A travers Haiti

Hinche-Société : Les clubs de danse dans la ligne de mire des autorités judiciaires

Neuf arrestations au cours du weekend écoulé
mercredi 15 février 2012

Correspondance Ronel Odatte

Hinche (Haïti), 15 févr. 2012 [AlterPresse] --- Neuf (9) personnes, dont deux femmes - arrêtées dans des clubs de danse à Hinche (à 128 km au nord-est de Port-au-Prince), dans le cadre d’une opération des autorités judiciaires contre la débauche et la délinquance juvénile - ont été relâchées après trois jours, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Aucune charge n’a été retenue contre les prévenus, interpellés par la police le 10 février 2012 sous l’accusation de non disponibilité de documents d’identité en leur possession.

Sur ordre du parquet près le tribunal civil de Hinche, la police nationale départementale a effectué une visite-surprise aux clubs 18 et Agogo.

Parmi les 9 personnes arrêtées, figurait le proprietaire du Club 18, à qui est reproché un fonctionnement de club de danse sans permis.

Plusieurs activités récréatives, versant dans la délinquance et des dérives, et impliquant des mineures et mineurs, sont dans le viseur des autorités judiciaires depuis le mois de janvier 2012.

Dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, des arrestations ont également eu lieu ces dernières semaines, particulièrement dans la commune de Pétionville (à l’est).

A Hinche, le chef du parquet du tribunal civil, Noé Massillon Pierre-Louis , entend combattre ce type d’activités, promesse qu’il avait faite lors du déroulement de la première session d’assises criminelles sans assistance de jury de l’année 2012.

La police nationale départementale déclare la guerre à toutes celles et à tous ceux qui se dressent contre « les principes moraux et les bonnes mœurs », avertit le directeur départemental de la police nationale, Ernst Dumont.

La police nationale departementale fera de son mieux pour avoir le contrôle systématique des clubs pratiquant des « activités malsaines », afin que la juridiction de Hinche ne se transforme point en une ville de débauche, renchérit Dumont.

La réalité dans la principale ville du Plateau central ne serait pas différente de ce qui se passe maintenant à Port-au-Prince, observe le substitut du commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Hinche, Richard Moléon.

Le parquet du tribunal civil de Hinche souhaite une synergie d’actions entre la police, la justice et les organisations sociales, en vue d’éradiquer le phénomène de délinquance juvénile dans ce département géographique.

« Celles et ceux, qui n’ont pas encore atteint l’âge de la majorité, ne pourront plus fréquenter ces clubs qui ne font que ternir l’image de la cité. Toute atteinte à la pudeur sera réprimée conformément à la loi », souligne Moléon.

Demandant aux responsables de ne pas lâcher prise, plusieurs organisations à Hinche, comme le mouvement des jeunes de Hinche (Mjh),) et le mouvement paysan de Papaye (Mpp), applaudissent l’initiative des
autorités judiciaires, visant à lutter contre la délinquance dans le departement. [ro kft rc apr 15/02/2012 10:40]