Dépêches

Culture/ Rap : Premier symposium autour du Hip Hop en Haïti


mardi 13 septembre 2011

P-au-P, 13 sept. 2011 [AlterPresse] --- L’association pour la promotion de la santé intégrale de la famille (Aprosifa) ainsi que les étudiants pour la promotion de la culture Hip Hop de Montréal ont organisé, dans la capitale haïtienne, un symposium international de la culture autour du Hip Hop, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Du jeudi 8 au dimanche 11 septembre 2011, les quatre journées du symposium se sont déroulées autour de trois thèmes : le Hip Hop comme outil de changement social, Hip hop comme outil pédagogique et thérapeutique, « Rap Kreyòl » (style de Hip Hop haïtien) et les médias.

La cérémonie d’ouverture de ce symposium a été marquée par la prestation des artistes, issus de divers ateliers de l’Aprosifa (musique, danse, théâtre) qui ont joué un extrait de Foukifoura, pièce écrite par l’artiste haïtien Franketienne.

Le symposium international de la culture autour du Hip Hop s’inscrit dans le cadre d’un effort pour créer un espace de solidarité pour les jeunes, souligne la responsable de l’Aprosifa, Rose-Anne Auguste .

Ces quatre journées de débats ont offert aux rappeurs un espace pour tisser des liens avec leur public et aux jeunes la possibilité de connaître plusieurs personnalités du secteur du « Rap Kreyòl » en Haïti.

Le « Rap Kreyòl » a pris naissance autour de 1982 sous l’impulsion du rappeur Masterdji (Georges Lys Hérard), rappelle le président de l’Association des rappeurs (Asrap) et fondateur du groupe Rap and family, James Berlus.

En 2011, ce rythme tend à perdre son essence, en raison des thèmes trop romantiques, privilégiés par les rappeurs, au détriment des thèmes liés à l’engagement social et au patriotisme, soutient Berlus.

Le « Rap Kreyòl » a failli à sa mission, laquelle consiste à accompagner les masses dans leurs revendications, ajoute, indigné, Berlus. [jep rc apr 13/09/2011 8:50]