Dépêches

Haïti-Martelly/Investiture : Le nouveau président réitère ses promesses de campagne et lance des mises en garde (Multimédia)

Premier discours officiel à la nation
samedi 14 mai 2011

P-au-P, 14 mai 2011 [AlterPresse] --- Dans son premier discours en tant que chef d’Etat d’Haïti, Michel Joseph Martelly promet ordre, discipline et sécurité durant son quinquennat (14 mai 2011 – 7 février 2016), qui devrait amener le réveil d’une Haïti jusqu’ici endormie, avance-t-il.

« Nous allons rétablir l’autorité de l’Etat, l’Etat de droit. L’ordre et la discipline devront régner sur tout le territoire national », affirme t-il dans une verve particulièrement énergique.

Le nouveau président a surtout lancé des mises en garde, aux fauteurs de troubles qui voudraient menacer la stabilité du pays, gage des investissements étrangers et du développement.

« Ça, je ne le permettrai pas. Si quelqu’un s’imagine qu’il va provoquer du désordre, des gaspillages, en lançant des pierres, en provoquant des luttes, l’instabilité pour troubler le fonctionnement du pays, je le regrette. Mais la justice sévira contre lui et la justice agira comme il se doit », annonce-t-il, tout en donnant des avertissements à l’appareil judiciaire et à la police nationale.

Affirmant avoir mesuré « l’immense responsabilité » qui vient de lui échoir, Martelly prône un nouveau leadership, dont il n’a pas précisé les contours, et assure vouloir apporter des « réponses concrètes » aux attentes du peuple.

Il réitère, ainsi, ses nombreuses promesses durant la campagne électorale de 2010 et du début de 2011, dont celle relative à une scolarisation gratuite et obligatoire pour tous les enfants en Haïti.

« Oui, main dans la main, épaule contre épaule, nous pouvons changer Haïti, nous allons refaire ce pays », dit-il prêchant inclusion et union.

« Nous ne pouvons plus continuer à nous humilier en mendiant [l’aide internationale] sans cesse, cette politique de mendicité. Nous sommes tellement travailleurs », rappelle t-il.

Cependant, Martelly a notamment salué l’appui de la communauté internationale qui a favorisé, d’après lui, le respect du vote populaire au premier tour de scrutin le 28 novembre 2010 et au deuxième tour le 20 mars 2011.

Richesses culturelles et patrimoniales sont également mises en avant par le nouveau chef de l’Etat, appelant le reste du monde à « enterrer » l’image de la pauvreté souvent rattachée à la république caribéenne.

Michel Martelly, 56e président de la République d’Haïti, a conclu son discours, en entonnant des airs de musique, repris en chœur par la foule présente devant les grilles du palais national : « Cette Haïti qu’ils n’attendaient pas, ils la verront ».

Le discours du nouveau président du 20 mars a été précédé par un concert (de crustacés) de lambi (la conque, de ce fruit de mer / escargot de mer / très prisé en Haïti, est généralement utilisée pour transmettre des messages).

Au moment où Martelly se dirigeait vers la tribune, la foule, bras tendus vers le ciel, a amorcé une espèce de « hola », digne des grandes manifestations culturelles. [kft rc apr 14/05/2011 13:55]

Voir un extrait du discours