Dépêches

Haiti-Télécommunications : Les employés de la Natcom en grève


mercredi 13 avril 2011

P-au-P., 13 avril 2011 [AlterPresse]---Les employés de la Nationale communication (Natcom) observent depuis le début de cette semaine un arrêt de travail « illimité » pour revendiquer des responsables des dédommagements pour leur licenciement annoncé.

« Nous n’entendons pas mettre fin à notre mouvement tant que nous ne recevons pas de la part des dirigeants notre chèque de dédommagement évalué à 36 mois », déclarent des grévistes rencontrés dans les locaux de la Natcom à Delmas 41 (périphérie nord).

Très furieux, les dizaines de grévistes qui se présentent, pour la plupart, comme des employés de la Téléco (devenue Natcom) depuis plus de vingt ans, menacent de maintenir leur mouvement jusqu’à la semaine prochaine pour contraindre les responsables à prendre en considération leur revendication.

« Si les concernés continuent de faire la sourde oreille nous allons poursuivre notre grève et elle sera moins pacifique la semaine prochaine, car nous ne voulons plus travailler au sein de cette institution. Nous réclamons des dédommagements comme convenu avec les nouveaux dirigeants de la Natcom », insistent-ils.

Entre-temps, des abonnés de la compagnie, qui avaient des installations en cours demeurent sans services.

La Natcom a pris la succession de l’ancienne compagnie nationale de télécommunications (Téléco) en mai 2010, lorsque le gouvernement haïtien a cédé 60% des actions à la compagnie vietnamienne Viettel.

Le « contrat de modernisation » paraphé entre la Banque Centrale et Viettel s’élève à un montant de 59 millions de dollars.

Lors de la cérémonie de signature, le président de la Banque Centrale, Charles Castel, avait soutenu que l’Etat n’avait pas d’autre choix, la Teleco étant depuis des années déficitaire. La Banque Centrale aurait par exemple déboursé jusqu’à 675 millions de gourdes pour réduire le personnel de cette entreprise jugé trop nombreux.

La Plateforme de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) avait pris le contre-pied de ces déclarations, affirmant que la Téléco transférait peu avant sa privatisation des sommes au Trésor public. [sfd gp apr 13/04/2011 09 :00]