Dépêches

Haiti-Élections : Qu’est ce qui explique les problèmes logistiques rencontrés ?


dimanche 20 mars 2011

P-au-P., 20 mars 2011 [AlterPresse]--- La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) informe que des mesures urgentes ont permis de corriger de nombreux problèmes logistiques durant le second tour des élections présidentielles et législatives qui se déroulent ce 20 mars en Haiti.

Dans une interview accordée à AlterPresse, la porte-parole de la MINUSTAH, Sylvie Van de Wildenberg, avoue que la mission onusienne, chargée de transporter les matériels sensibles et non sensibles dans les centres de vote, a connu quelques difficultés.

« Effectivement il y a eu certains problèmes dans le transport des matériels sensibles et non sensibles ce matin. Cela ne dépendait pas totalement de la MINUSTAH car il manquait, par ailleurs, certains éléments dans les lots à livrer », précise Sylvie Van de Wildenberg.

L’absence entre autres de marqueurs indélébiles et d’urnes a en effet occasionné l’ouverture tardive de nombreux centres de vote à Port-au-Prince. Il était 8 heures ce matin quand des agents de la MINUSTAH ont transporté les matériels au centre de vote du lycée Toussaint Louverture, au centre ville de Port-au-Prince, a constaté AlterPresse.

Selon la porte parole de la MINUSTAH, 70 centres, au total, ont confronté ce problème. Mais, la MINUSTAH a vite remédié à la situation en diligentant des équipes sur le terrain.

« Vers 10 :30 nous avions pris des mesures urgentes à la MINUSTAH pour résoudre le problème. Il a été, en effet, résolu dans 54 bureaux, et depuis le processus se déroule sans difficulté », indique la porte-parole de la MINUSTAH.

Par ailleurs, suivant les planifications, certains matériels devaient être livrés le matin même du vote, indique t-elle, arguant que « la distribution des matériels est plus complexe que lors du premier tour du scrutin ».

En raison des multiples retards, le Conseil Electoral Provisoire, a décidé la prolongation du processus de vote dans la zone métropolitaine au delà de l’heure de fermeture prévue au départ.

A propos des incidents « violents » enregistrés aux premières heures du processus sur tout le territoire, Sylvie Van de Wildenberg affirme que, « la MINUSTAH dénombre 10 cas, dont un tué par balle, dans le département de l’Artibonite. »

« Ce sont des cas isolés », précise-t-elle, ajoutant qu’il s’agit d’échauffourées entre des partisans et sympathisants de candidats.

Cependant, la MINUSTAH a pris de nouvelles dispositions pour garantir la sécurité jusqu’à la fermeture des bureaux de vote, assure t-elle. [sfd kft gp apr 20/03/2011 15:00]